Augmenter son taux vibratoire et préserver son énergie au quotidienNon classé

Pourquoi j’ai pris mon billet de première pour le « train du non » ? (et pourquoi vous devriez aussi prendre le vôtre)

apprendre à dire non

On y arrive à ce mot qui gêne, qu’on a souvent un mal fou à prononcer. Peur de blesser, de vexer, de faire du bruit, d’avoir l’air « méchante » ou « sèche ». Evidemment quand on est une femme et qu’on a reçu beaucoup de croyances du style « sois sage, n’écrase pas les autres, fais plaisir, souris, sois une « gentille petite fille », apprendre à dire non est un vrai défi, et c’est sûr, ça semble parfois moins fatiguant de dire oui…Ça vous dit quelque chose ?

Peut-être que vous n’en avez même pas conscience, mais au fond, est-ce que vous pouvez vraiment dire que le non est votre réponse naturelle quand on vous demande quelque chose ? …j’attends…

 

 

C’est quoi cette histoire de « train du non », et qu’est-ce que ça vient nous apprendre ?

Le train du non, c’est une expression inventée par Marie Forleo, cette célèbre coach de vie américaine qui a été invitée à parler sur le plateau d’Oprah Winfrey, et qui aide des dizaines et des dizaines de milliers de personnes à se réaliser dans leur vie et en créant un business qui leur ressemble.

Pour en arriver là pas de secrets, elle a du faire preuve de beaucoup de persévérance et prononcer beaucoup de non.

 

Pour réussir, elle a pris un billet en première pour le train du non.

 

apprendre à dire non

 

 

Mais tout ça change dès qu’on met le pied à bord du train du non, oui, oui, parce que là on s’autorise à ce que NON soit la réponse spontanée à tout ce qu’on peut nous demander.

Ça ne veut pas dire qu’on va se transformer en harpie égocentrique, c’est simplement un moyen efficace de ne pas s’éloigner de nos priorités en se laissant happer par celles des autres, comme :

 

  • Se laisser convaincre par les urgences de notre boss qui pose un énième dossier sur notre pile quand on frôle déjà le burn-out.
  • Céder parce que c’est l’anniversaire d’un tel alors qu’on n’a pas eu de vrai week-end de repos depuis des semaines et que notre corps va lâcher…
  • Accepter de donner gratuitement du temps et des conseils pour le projet d’un tel ou d’un tel alors que c’est notre gagne-pain

 

Parce que la grande nouvelle c’est que plus vous apprendrez à direz non, plus vous direz en fait encore plus oui… Je vous explique

Pourquoi apprendre à dire non, c’est en fait apprendre à dire oui ?

Quand on dit non à quelqu’un, la face cachée de l’icerberg c’est ce oui qu’on se donne à nous même. Oui à notre repos, oui à notre famille, oui à nos loisirs et à ces activités qui nous font du bien.

 

A quoi je dis non quand je dis oui ?

Posez-vous toujours cette simple question avant de répondre à votre boss, à votre belle-mère ou à cette invitation qui tombe en plein milieu de vos vacances et qui vous oblige à chambouler tous vos plans.  A quoi je dis non quand je dis oui ?

 

« Un oui qui vous vide de votre énergie, c’est un non à autre chose qui compte vraiment « 

Kris Carr

 

pourquoi ne pas oser dire non

 

 

Les dangers de ces Oui non consentis quand on ne veut pas apprendre à dire non

Ne pas apprendre à savoir dire non une bonne fois pour toutes, c’est s’exposer en permanence aux dangers de tous ces oui qui ne sont pas authentiques. Qu’on dise oui par peur de s’affirmer, par besoin d’être aimé ou par peur de blesser l’autre, le retour de bâton peut être terrible : épuisement, frustration, rancoeur, sentiment de temps volé (ou parfois clairement perdu !)

 

Un non authentique qui vient du fond du coeur vaut toujours mieux qu’un oui non consenti

 

 

Dit dans ces conditions, un oui qui n’est pas authentique n’est intéressant ni pour celui qui le prononce, ni pour celui qui le reçoit. Je vous renvoie à mon article communiquer sans se crier dessus : 3 clés indispensables pour pouvoir tout dire en toutes circonstances

Vous auriez envie que votre employé préféré finisse par bâcler le dossier d’un client important juste parce qu’il n’a pas eu le cran de dire non ? Vous auriez envie que votre meilleure amie se force à venir à votre anniversaire en étant à moitié là et en affichant un sourire forcé toute la soirée juste parce qu’elle n’a pas osé vous dire qu’elle n’était pas bien et que sa priorité était de prendre soin d’elle ?

 

Le non ne s’apprend pas, il se prend

Fin mot de l’histoire, n’attendez pas qu’on vous donne l’autorisation de dire non et saisissez votre chance. Maintenant vous êtes à bord du train du non et personne ne peut vous faire accepter quelque chose que vous ne voulez pas vraiment. Personne sauf vous !

 

dire non poliment

 

« La différence entre ceux qui ont du succès et ceux qui ont vraiment beaucoup de succès, c’est que ceux qui ont vraiment beaucoup de succès disent pratiquement non à tout ce qu’on leur propose. »

Warren Buffet

 

On passe à la pratique ? Je partage quelques unes de mes formules magiques pour vous aider à apprendre à dire non. Vous verrez, bientôt vous serez tranquillement installée dans le wagon de première du train du non et dire non deviendra un automatisme. Promis, vous n’aurez même plus mal au ventre au moment de dire non !

 

Dire non : Quelques astuces pour apprendre à gagner du temps

 

La méthode du miroir magique

Si c’est dur pour vous de dire non dans l’instant, commencez par gagner du temps avec la technique du miroir magique. Reformulez la demande de votre interlocuteur avec vos mots et renvoyez-lui en miroir.

Ça peut donner quelque chose comme ça :

-« Si je comprends bien, vous me demandez de traiter ce nouveau dossier alors que j’ai déjà x dossier et x dossier à traiter avant la fin de la semaine, c’est bien ça ? ».

Grâce au miroir magique, non seulement vous préparez en douceur votre interlocuteur à recevoir un non probable, et vous n’affolez pas votre petite voix intérieure qui vous dit que vous êtes une méchante harpie !

Parfois cette méthode permet juste de rassembler plus d’informations quand la demande est imprécise. C’est une façon de savoir avec précision à quoi on s’engage si on dit oui. Avant d’accepter un déplacement de dernière minute par exemple, essayez de connaître le programme détaillé qui vous attendrait sur place, de savoir si ça impliquerait de prendre un vol très tôt le matin ou de ne rentrer que le samedi après-midi chez vous. Car votre oui ou votre non ne concerne pas le déplacement, mais bien les détails pratiques du déplacement. Et ces détails feront souvent la différence.

Grâce au miroir magique vous vous assurez de toujours garder le contrôle sur vos priorités à vous : fatigue, gestion de l’énergie, projets de vie ou évènements familiaux importants.

 

comment dire non au travail

 

« Je vais réfléchir » : la formule magique pour gagner du temps et ne pas se coincer avec un oui

Une autre façon d’apprendre à dire non est parfois de différer le non. On peut toutes avoir des moments de faiblesse et lâcher un oui par manque de courage ou de clarté sur la situation. Si vous n’avez pas les idées claires ou que vous ne vous sentez pas d’aplomb pour dire non sur le moment, utilisez votre joker « je vais réfléchir ».

 

Comment apprendre à bien dire non ?

Il y a quelques années je ne savais pas dire non? J’avais mal au ventre rien que d’y penser. Je partage avec vous les techniques qui m’ont aidée à apprendre non seulement à dire non, mais à le faire avec tact en plus.

Si vous voulez en savoir plus sur le sujet et devenir une vrai pro du « non » sans froisser je vous conseille de lire mon article Communiquer sans se crier dessus : 3 clés indispensables pour pouvoir tout dire en toutes circonstances

 

Apprendre à faire des phrases entières pour dire non avec empathie

Apprendre à dire non, ce n’est pas lâcher ces 3 lettres comme une sauvage, c’est apprendre à construire des phrases entières qui tiennent aussi compte de l’autre.

Par exemple : « je sais que c’est un moment important pour toi, et je suis touchée que tu penses à moi. Pour cette fois je ne pourrai pas être présente, mais je te souhaite du fond du coeur de célébrer ce moment comme il se doit »

 

Technique 1 : Rebondir avec une contre-offre

La contre-offre est vraiment une bonne façon d’apprendre à dire non. Déjà parce que le mot fatidique n’est même pas prononcé (pour les phobiques du non) et aussi parce que cette technique tient vraiment compte de tout le monde.

« Je ne pourrai pas être là pour ta fête d’anniversaire samedi, mais on peut fêter ça mardi midi si tu veux, et c’est moi qui t’invite ! Si ça t’arrange, je viendrai dans ton quartier. On pourrait aller dans ce restau du sushis que tu adores, qu’est-ce que tu en dis ? »

Avec cette façon de formuler les choses, est-ce que vous voyez comme l’autre sent qu’il est important pour nous, et que notre non ne lui est pas adressé à lui, mais bien à une proposition qui concerne un moment donné. En faisant une « contre-offre » concrète qui tient compte de son temps, de son énergie et de ses goûts, on montre qu’on est attentifs à ses besoins et qu’on pense sincèrement à la personne.

 

dire non avec fermeté

 

Technique 2 : La formule indiscutable et universelle « Je n’ai pas pour principe » ou « j’ai pour principe de »

Qui n’a pas connu ça :

« Tu me prêtes 200 euros ? »

-« J’aimerais vraiment t’aider, en même temps  j’ai pour principe de ne jamais prêter d’argent à mes amis. Tu veux que je t’aide à éplucher tes relevés de banque et à éliminer les dépenses qui ne sont pas prioritaires ? Je suis très forte pour ça ! »

C’est une manière de dire non qui permet de se protéger. Car les principes, ce sont des valeurs personnelles, et si vous expliquez en plus que ça s’applique quoi qu’il arrive,  il est difficile de les attaquer. Par pitié ne vous laissez pas embarquer dans le pourquoi du comment. C’est votre principe, vous avez besoin qu’il soit respecté, point.

Essayez par contre toujours d’offrir une solution qui peut vraiment apporter quelque chose à la personne sans déroger à vos principes.

 

 

Quoi qu’il arrive face au non : apprendre à ne pas donner prise

Si vous commencez à justifier votre non avec x ou x raisons, c’est foutu ! Je sais à quel point c’est tentant. Mais si vous pensez attirer l’empathie de votre interlocuteur, vous lui offrez en fait la prise parfaite pour rebondir et remettre en cause le bien-fondé de votre non.

Quand vous sentez au fond de vous que c’est non, alors votre raison est forcément bonne. Elle n’a pas besoin d’être validée par l’autre puisqu’elle vous appartient et que vous, vous la validez.

C’est impossible d’être d’accord sur le non des uns et des autre,  parce qu’on a tous des valeurs différentes et des priorités différentes dans la vie. Mais votre vie, bah justement c’est votre vie, et c’est à vous d’en fixer les règles.

Donc quoi qu’il arrive restez brève et concise pour ne pas tomber dans les filets de la justification.

 

dire non avec classe

 

 

Souvenez vous que ce que ressent la personne à qui vous venez d’annoncer le non la regarde entièrement. Oui c’est vrai, elle a le droit d’être déçue, elle a le droit d’être en colère même, et elle a le droit de se sentir abandonnée. C’est vrai que les émotions doivent être exprimées, mais pas forcément à vous. Et pour ça il y a mon super article Pourquoi gérer ses émotions est une très mauvaise idée (et ce qu’il faudrait faire à la place)

 

Votre seul job à vous, c’est de faire de votre mieux pour lui dire non avec respect et en exprimant de l’empathie. Bien-sûr vous pouvez lui faire savoir que vous comprenez sa déception avec une phrase du type : « J’entends que tu es triste ». Mais il faut vraiment s’en tenir là et ne pas tenter de sauter du train du non en marche.

 

Maintenant j’aimerais savoir, est-ce que vous êtes prête à vous prendre vous aussi un billet de première pour le train du non ? Ou est-ce que vous allez continuer à subir tous les oui qui vous disent non à vous ?

Vous avez déjà remarqué comme ça sape l’énergie et le moral de se forcer à dire oui ? Racontez une situation où vous vous en êtes mordu les doigts de ne pas avoir su dire non.

Ou alors partagez ces trois non que vous redoutez de devoir dire là en ce moment (allez on le sait bien, on a toujours des non en suspens) et dites moi quelles techniques de l’article vous allez utiliser pour le faire.

J’attends vos réponses, et je veux entendre plus de non dans ce monde !

 

 

apprendre à dire non

  • 1
    Partage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *